mardi 13 octobre 2015

Le trio Lersy en concert

Neuwiller-lès-Saverne - Trois siècles de musique de chambre


Alternant des oeuvres classiques éprouvées et deux compositions modernes, le Trio Lersy a réjoui le
coeur des auditeurs venus en assez grand nombre à l’église Saint-Adelphe de Neuwiller.
L’incursion – fût-elle brève – dans le domaine moderne ou contemporain est désormais acquise
dans les programmations de Musiques au pays de Hanau. Ce dimanche n’a pas fait exception.
Le deuxième opus de Joaquim Turina composé en 1933 conserve des allures héritées des grands
maîtres du passé et s’affirme dans des mouvements élégamment dansés, puis des passages rendus
plus mystérieux par l’usage de la sourdine sur les instruments à cordes.
Un tourbillon dansant
Le Tempo di Trio d’André David (1999) se veut une composition de son temps, en fait d’une
extrême difficulté, d’une audace qui ne renonce pas à la ligne mélodique tout au long de ce
mouvement unique, mais puissamment contrasté. C’est là comme une “musique du coeur de
quelqu’un qui est aussi homme de science”, selon les paroles d’introduction de Jean-Jacques
Werner, qui fut son ami et un fervent admirateur, en présence de membres de la famille du
compositeur.
Encadrant ces deux oeuvres, le trio en sol majeur de Joseph Haydn, en ouverture, et celui en ré
mineur de Felix Mendelsson-Bartholdy, en conclusion, apportaient leur touche de notoriété et de
familiarité qui fait chaud au coeur des mélomanes.
Chez Haydn, la mélodie circule entre les modes majeur et mineur et s’achève par un formidable
tourbillon dansant dans la tradition tsigane hongroise, d’ailleurs repris en bis.
Le trio en ré mineur de Mendelssohn-Bartholdy, véritable quintessence du romantisme, enchaîne
des mélodies longuement développées et diversifiées, avec une occasionnelle présence du piano
quasiment en soliste.
Tant de difficultés et de diversité ne peuvent être maîtrisées que par des musiciens d’exception.
C’est bien le cas de Geneviève Ibanez au piano, Serge Garcia au violon et Jean Barthe au
violoncelle. Métier, celui de parcours artistiques enviables, et complicité leur donnent cette belle
assurance.
Capacité d’adaptation à des oeuvres très contrastées
Ils se traduisent par la qualité du dialogue, par la belle sonorité très perceptible dans cette église
romane, par ces fins de phrases achevées en un ensemble parfait de délicatesse et, de toute évidence
dans ce programme, par une capacité d’adaptation à des oeuvres très contrastées. Leur appellation
même (Lersy était un peintre ami du trio) montre aussi leur grande ouverture culturelle à des
expressions autres que musicales.
De Mendelssohn-Bartholdy on pourra retenir ses emportements et ses instants de grâce apaisée qui
renvoyaient les auditeurs, peut-être rassurés, munis de ce message, véritable viatique, sur leurs
chemins de vie.
P.B.
DNA Edition de Saverne 23 septembre 2015

lundi 26 janvier 2015

Nouveau ! Ecoutez vos morceaux préférés

Vous pouvez maintenant écouter des oeuvres d'André David sur ce site. Il suffit que vous cliquiez sur la flèche dans les articles ci-dessous pour entendre vos morceaux préférés. Si vous en voulez d'autres, n'hésitez pas à nous les demander

vendredi 17 octobre 2014

Concert Alain Weber et Pierrette Germain le 16 octobre salle Cortot

PROGRAMME

"La Bonne Voie"sur un texte de Pierrette Germain, conte musical mis en musique par Alain Weber;.
Duo de Karim Haddad pour saxophone et piano
Pierrette Germainrécitante
Alexis GalperineViolon
Marc Sieffertsaxophone
Christine Marchaispiano

Alain Weber

Les artistes au moment du salut